Après un fléchissement en 2020 dû au COVID-19, VDL  Groep travaille au premier semestre à sa reprise

Après un fléchissement en 2020 dû au COVID-19, VDL Groep travaille au premier semestre à sa reprise

29 septembre 2021

Après avoir été durement touché par les conséquences de la pandémie de coronavirus en 2020, VDL Groep a profité du premier semestre 2021 pour travailler à sa reprise. Le chiffre d'affaires et le résultat de l'entreprise familiale industrielle, dont le siège social est à Eindhoven, ont augmenté par rapport à 2020. Comparés à ceux de 2019, les chiffres restent à la traîne. Concernant le deuxième semestre 2021, les enjeux de taille restent actuels, par exemple en matière de disponibilité des matériaux.

Après les six premiers mois de l’année 2021, le chiffre d'affaires combiné s’élève à 2,5 milliards d'euros, soit une hausse de 26 % par rapport aux 2 milliards d'euros engrangés à la fin du premier semestre 2020. Avant la crise sanitaire, après le premier semestre 2019, VDL notait un chiffre d’affaires combiné de 2,9 milliards d’euros, soit 16 % de plus qu’aujourd’hui. Après les deux premiers trimestres 2021, le résultat net est passé de 25 millions d'euros l'année dernière à 69 millions d'euros aujourd'hui (2019 : 76 millions d’euros). Le carnet de commandes de VDL Groep (hors division Assemblage automobile) est passé de 1 365 millions d'euros en semaine 1 de l’année 2021 à 1 631 millions d'euros en semaine 37. Les effectifs ont légèrement augmenté depuis fin 2020 pour passer de 15 464 à 15 505 collaborateurs.

Confiance

« Grâce à notre stratégie de partage des risques par la diversification des activités, nous constatons que la reprise s’est amorcée après une année 2020 marquée par le COVID-19 », explique Willem van der Leegte, président directeur général. « Cela redonne confiance. Malgré tout, nous continuons à être confrontés à de sérieux défis qui sont la conséquence de la crise sanitaire, des conflits commerciaux dans le monde et des évolutions économiques et conjoncturelles (comme inflation élevée et taux d’intérêt bas). Ainsi, le déséquilibre des chaînes d’approvisionnement entraîne une disponibilité limitée des matériaux et des composants. Ces développements s’accompagnent également de fluctuations au niveau des prix des matériaux. Autant de circonstances qui exigent, pour éviter les écueils, des talents de navigation supplémentaires de la part de nos entreprises. »

Sous-traitance

Le chiffre d’affaires de la division Sous-traitance a augmenté pour passer de 703 millions d’euros vers le milieu de l’année écoulée à 885 millions d’euros. Cette hausse de 26 % s’explique notamment par le fait que les entreprises VDL présentes dans le secteur high-tech sont très bien positionnées pour répondre à la croissance des clients. Le fait d’avoir misé ces dernières années sur l’innovation haut de gamme a renforcé cette position. La division Sous-traitance est bénéficiaire.

Assemblage automobile

Le chiffre d'affaires de VDL Nedcar s’établit à 1 125 millions d'euros après deux trimestres. Ce qui correspond à une hausse de 25 % par rapport aux 903 millions d’euros enregistrés il y a un an. VDL Nedcar a réalisé un bénéfice au premier semestre.
Alors que la crise sanitaire a initialement fait chuter la demande de véhicules neufs sur le marché mondial, la production chez VDL Nedcar à Born a dû être arrêtée pendant plusieurs jours au premier semestre en raison d’un manque de composants électroniques. Des réflexions constructives ont été menées avec toutes les parties concernées pour rattraper cette perte de production.
En ajoutant Canoo au nombre de ses clients, VDL Nedcar a fait un premier pas important pour assurer son avenir à plus long terme. En tout état de cause, VDL Nedcar va construire en 2022 et 2023 16 000 véhicules pour cette start-up américaine. Il a été annoncé qu’en fonction de la demande du marché, le volume sera appelé à augmenter pour les années suivantes.
VDL Nedcar a pour objectif de fournir plusieurs clients simultanément. Des discussions sont actuellement en cours avec plusieurs acteurs intéressés. Notre ambition est de fabriquer des voitures tant pour des startups que pour des marques établies, d’assembler localement des packs de batteries et d’élargir les activités sur la chaîne de valeur, comme le prototypage, l'homologation et la vente & après-vente, avec ou sans la collaboration de partenaires. La construction de véhicules entièrement électriques chez VDL Nedcar s'inscrit parfaitement dans l'ample proposition de mobilité de VDL Groep. 

Bus & car

Le chiffre d’affaires de la division Bus & car a augmenté de 28 % pour passer de 146 millions d’euros (un niveau historiquement bas) il y a un an à 187 millions d’euros. Cette division fait des pertes. La crise liée au coronavirus a eu un impact majeur sur la division Bus & car, et notamment sur les activités Autocars de tourisme. Au rayon des bonnes nouvelles, les clients européens utilisent de plus en plus souvent des autocars de tourisme de VDL pour les transports publics. Le marché des autocars de tourisme aura besoin de temps au cours des années à venir pour se remettre des conséquences de la pandémie. Bien que VDL dispose déjà de l’autocar de tourisme le plus léger et le moins énergivore du marché, les autocars de tourisme à zéro émission sont au programme. 
Comme les collectivités publiques, en tant que concédant ou client direct, doivent assurer un réseau de transport public structurellement couvrant et qu’elles ne veulent pas retarder les objectifs climatiques, les entreprises de transport public continuent de miser sur la pérennisation de la flotte au moyen de véhicules « zéro émission » neufs. En tant que pionnier de la mobilité électrique, VDL est bien positionnée.
Le choix de concentrer la production d’autobus urbains électriques à Valkenswaard et Roeselare se concrétise. Les préparatifs battent également leur plein pour commencer à fabriquer de manière industrielle à Heerenveen (actuellement VDL Bus Heerenveen, prochainement VDL Smart Spaces) et dès le premier trimestre 2022 des modules de construction avec tuyauterie pour le groupe de travaux publics Van Wijnen. En ce qui concerne l'activité Châssis, la transition vers un renforcement des activités d'assemblage de véhicules spéciaux pour des tiers s'est poursuivie. VDL Bus Chassis à Eindhoven a été rebaptisé VDL Special Vehicles.
La nouvelle génération de VDL Citea, l’autobus urbain électrique de VDL Bus & Coach, a été lancée au printemps. En combinant conception, réduction maximale du poids, batteries dans le plancher et une climatisation optimisée, les bus électriques de différents types peuvent transporter davantage de passagers et la portée des véhicules a été élargi(e). La nouvelle génération d’autobus VDL Citea sera fabriquée à Valkenswaard et dans la nouvelle usine neutre en CO2 de Roeselare, dont la construction va débuter à l’automne.
Ayant livré plus de 900 autobus/autocars dans 11 pays en Europe, VDL Bus & Coach est bien positionné. Les 100 millions de kilomètres parcourus en février de cette année par les véhicules électriques permettent de réduire les émissions de CO2 d’environ 15 millions de kg.

Produits finis

Les entreprises VDL qui font partie de la division Produits finis ont réalisé collectivement un chiffre d'affaires de 305 millions d'euros au premier semestre 2021, contre 232 millions d'euros au cours de la même période en 2020. Cette hausse de 28 % peut s’expliquer par une reprise de la demande du marché qui était jusqu’ici en baisse à la suite de la crise sanitaire. La division Produits finis a terminé le premier semestre en réalisant un bénéfice.

Mesure d’urgence pour l’emploi (NOW)

Comme VDL a été confronté à une perte substantielle de chiffre d’affaires pendant la crise liée au COVID-19, le groupe a perçu sur le premier semestre une allocation de 36 millions d’euros au titre de la contribution aux coûts salariaux (NOW). Cette allocation pour charges salariales, complétée par VDL à concurrence de 100 %, a été utilisée pour continuer à payer les salaires du personnel qui se trouvait temporairement dans l'impossibilité de travailler, en tout ou partie. Nous avons décidé de rembourser l’allocation qui a été demandée au premier trimestre pour les entreprises VDL, si celles-ci venaient à terminer le premier semestre sur un bénéfice (hors NOW). En outre, nous n’avons pas fait valoir l’application du régime d’urgence pour les entreprises VDL bénéficiaires ayant subi une importante perte de chiffre d’affaires, et qui seraient donc entrées en ligne de compte pour l’allocation NOW.


Perspectives

Depuis le tout début de la crise sanitaire, il est clair que la pandémie de coronavirus affecte dans l’industrie manufacturière haut de gamme la disponibilité de trois facteurs : les matériaux, les collaborateurs et la demande du marché. Pour pouvoir produire, ces trois facteurs doivent être présents simultanément et dans une mesure suffisante. Selon toute attente, les enjeux de taille, par exemple en matière de déséquilibre des chaînes d’approvisionnement et tout particulièrement en matière de disponibilité des matériaux, resteront actuels au deuxième semestre 2021. Comme le volume de production de véhicules automobiles est en retard par rapport à la situation d’il y a deux ans, un redressement du chiffre d’affaires à son niveau d’avant la crise sanitaire n’est pas encore en vue. En ce qui concerne la rentabilité, elle devrait se rapprocher du niveau de 2019. Outre le maintien de l’emploi, les programmes d’investissement dans les domaines de l’innovation, de l’électronique et de la digitalisation restent importants pour VDL Groep. 

 

Back