VDL reste bénéficiaire, malgré l'impact de la crise du coronavirus

VDL reste bénéficiaire, malgré l'impact de la crise du coronavirus

4 septembre 2020

Les conséquences de la crise du coronavirus n'ont pas épargné l'entreprise VDL Groep au cours du dernier semestre. Le chiffre d'affaires et le résultat de l'entreprise familiale industrielle, dont le siège social est à Eindhoven, ont baissé au cours du premier semestre de 2020 par rapport à la même période l'année passée. L'aspect positif est que la stratégie de répartition des risques par la diversification a permis à VDL de clôturer le premier semestre de 2020 dans le vert. La crise du coronavirus a particulièrement touché le secteur automobile, alors que d'autres secteurs, comme la haute technologie, les infrastructures, l'alimentation et la santé, ont moins subi de conséquences. Avec la reprise de la demande du marché, VDL est confiante pour le second semestre de 2020.

Après le premier semestre de 2020, le chiffre d'affaires combiné s'élevait à 2,0 milliards d'euros. Cela représente une baisse de 32 % par rapport au premier semestre 2019 (2,9 milliards d'euros). Après les deux premiers trimestres, le résultat net est passé de 76 millions d'euros l'année dernière à 25 millions d'euros aujourd'hui. Le carnet de commandes du VDL Groep (hors division Assemblage automobile) est passé de 1 158 millions d'euros en semaine 1 de 2020 à 1 231 millions d'euros en semaine 35. Le nombre de collaborateurs a diminué de 2,7 % depuis fin 2019, pour atteindre 15 320 collaborateurs durant la semaine 26.

Premier semestre difficile

« Nous avons connu un premier semestre difficile » explique le président-directeur Willem van der Leegte. « Dans certaines entreprises, la production s'est arrêtée partiellement ou totalement ; presque toutes nos 104 entreprises ont dû faire face à la crise d'une manière ou d'une autre. » La crise du coronavirus affecte la disponibilité de trois facteurs : les matériaux, les collaborateurs et la demande du marché. Pour pouvoir produire, ces trois facteurs doivent être présents en même temps dans une mesure suffisante. Dans plusieurs industries, un ou plusieurs de ces facteurs ont été totalement ou partiellement indisponibles. Willem van der Leegte : « Grâce à la répartition stratégique de nos activités et à notre capacité d'adaptation, nous sommes cependant restés bénéficiaires et avons conservé tous nos collaborateurs permanents, ce qui est un point positif. »

Comme VDL Groep est confrontée à une perte substantielle de chiffre d'affaires en raison de la crise du coronavirus, nous avons fait appel au premier programme NOW (mesure d'urgence passerelle pour le maintien de l'emploi) afin d'éviter des licenciements. Avec l'avance de 50 millions d'euros du gouvernement, nous avons pu payer les salaires des collaborateurs qui n'avaient temporairement pas ou pas suffisamment de travail. VDL apprécie le programme rapide, complet et étendu avec lequel le gouvernement soutient les entrepreneurs. Comme VDL a également dû faire face jusqu'à présent à une perte substantielle de chiffre d'affaires au cours de la période de référence du deuxième programme NOW, nous avons aussi fait appel au programme d'aide NOW-2.

Sous-traitance

Le chiffre d'affaires de cette division est passé de 649 millions d'euros l'année dernière à 700 millions d'euros après le premier semestre 2020. Cette hausse s'explique principalement par la demande sur des marchés tels que la haute technologie, les infrastructures, l'alimentation et la santé. Notre implication dans une innovation de haute qualité a encore renforcé notre position dans ces sous-domaines. La division « Sous-traitance » a été bénéficiaire au cours du premier semestre.

Assemblage automobile

Nous savons que le nombre de voitures à construire chez VDL Nedcar est inférieur à celui de 2019. Le chiffre d'affaires s'élève à 903 millions d'euros après deux trimestres. Ce chiffre s'élevait à 1 620 millions d'euros il y a un an. En raison des normes d'émission, des relations commerciales mondiales et de développements perturbateurs, l'industrie automobile traverse une période de turbulences. La crise du coronavirus a encore aggravé la situation et a d'abord entraîné une pénurie de composants critiques : VDL Nedcar a donc dû interrompre sa production pendant plus de 6 semaines à compter de mars. Depuis le début du mois de juin, des voitures sont à nouveau fabriquées en deux équipes. Le coronavirus a encore réduit la demande du marché mondial de nouvelles voitures. Son impact a entraîné chez notre client, le groupe BMW, une nouvelle répartition des modèles à construire et des volumes de production associés dans toutes les usines du monde. Par conséquent, VDL Nedcar ne construira pas le modèle supplémentaire de BMW pour lequel un contrat a été conclu avec le groupe BMW en 2019. Nous discutons en ce moment avec notre client de la poursuite de la construction d'autres futurs modèles, afin de pouvoir prolonger la coopération avec BMW de manière durable et garantir l'emploi à Born pendant plusieurs années. Par ailleurs, nous discutons avec de nouveaux clients potentiels qui pourraient faire construire des voitures à Born. Afin de pouvoir accueillir de nouveaux clients, nous continuons à travailler avec la province du Limbourg sur la « procédure PIP » afin de préparer notre succursale pour l'avenir. En tant que constructeur automobile indépendant, la flexibilité est l'une des principales compétences de VDL Nedcar. VDL Nedcar a remporté pas moins de trois JD Power awards au cours du premier semestre de cette année, une belle reconnaissance pour nos collaborateurs. Pour la MINI Countryman, la MINI Cooper et, par ailleurs, l'usine a été récompensée en termes de qualité comme la troisième meilleure usine automobile d'Europe et d'Afrique. Une autre étape importante est la 800 000e voiture construite pour le groupe BMW à Born la semaine dernière. VDL Nedcar, qui compte près de 4 600 collaborateurs, a été bénéficiaire au cours du premier semestre.

Bus & car

Le chiffre d'affaires de cette division a diminué de plus de 50 %, passant de 308 millions d'euros au premier semestre 2019 à 146 millions d'euros aujourd'hui. La crise du coronavirus a créé une incertitude au niveau de la demande du marché pour les bus et les cars. Comme le secteur des voyages est pratiquement à l'arrêt, la demande d'autocars (de tourisme) est limitée. Pour les autobus de transports publics, les procédures d'appel d'offres, notamment aux Pays-Bas, risquent d'être reportées, avec toutes les conséquences qui s'ensuivent pour la production des autobus de transports publics. À l'étranger, nous constatons des appels d'offres visant à rendre les transports publics plus durables. Comme trois facteurs (matériaux, collaborateurs et demande du marché) n'étaient pas présents en même temps et de manière suffisante, certaines entreprises de production à la chaîne faisant partie de cette division ont temporairement interrompu leur production pendant le premier semestre 2020.

Compte tenu, entre autres, de l'attribution de centaines de bus électriques pour des concessions de service public aux Pays-Bas à des concurrents chinois, l'année 2020 sera difficile pour la division Bus & car. Nous continuons à demander aux autorités de prendre des mesures au niveau européen pour éviter la disparition de notre industrie manufacturière de haute qualité, avec toutes les conséquences potentielles pour l'emploi. La division Bus & car est déficitaire. En 2019, VDL Bus & Coach a montré qu'elle était sur la bonne voie. Compte tenu des conséquences de la crise du coronavirus et de l'inégalité des conditions de concurrence dans le monde (aides d'État, taxes à l'importation, protection du marché intérieur, conditions de travail, législation environnementale), cette croissance n'a pas été suffisamment maintenue.

Produits finis

Nos entreprises de la division Produits finis ont atteint collectivement un chiffre d'affaires de 232 millions d'euros au cours du premier semestre 2020, contre 346 millions d'euros au cours de la même période en 2019. Cette baisse s'explique par une diminution de la demande du marché pour les entreprises de cette division en raison de la crise du coronavirus. La division Produits finis était bénéficiaire pour le premier semestre.

Prévisions

Même si une prévision fondée est difficile dans les circonstances actuelles, VDL Groep est modérément positive pour le second semestre 2020. Notre carnet de commandes montre une reprise de la demande du marché à court terme. Nous nous attendons donc à ce que le second semestre soit meilleur que le premier. Compte tenu des conséquences de la crise du coronavirus, le chiffre d'affaires et les résultats pour l'ensemble de l'année 2020 seront inférieurs à ceux de 2019. Le chiffre d'affaires annuel de VDL Groep prévu pour 2020 devrait être inférieur d'environ 25 % à celui de l'année dernière. Même si, compte tenu de la situation actuelle, nous examinons les dépenses d'un œil particulièrement critique, les programmes d'investissement dans les domaines de l'innovation et de la numérisation restent importants, outre le maintien de l'emploi.

À propos de VDL Groep

L’union fait la force. C’est sur cette base que s’est construite l’entreprise industrielle familiale d’envergure internationale VDL Groep, dont le siège social est situé à Eindhoven. Cette entreprise a été créée en 1953 par Pieter van der Leegte. À l’origine, VDL Groep était spécialisée dans le travail des métaux. Lorsque son fils Wim van der Leegte a repris les rênes de l’entreprise en 1966, l’entreprise s’est également spécialisée dans la sous-traitance de produits de haute technologie, notamment pour l'industrie des semi-conducteurs, et le portefeuille a été complété par la transformation des matières plastiques et la conception, la production et la vente d’autobus/autocars. VDL Groep est devenue un acteur incontournable dans le secteur de la sous-traitance et des produits semi-finis. L’entreprise fabrique également ses propres produits finis, comme systèmes de suspension, automatisation d’usines automobiles, échangeurs de chaleur et systèmes de manutention de conteneurs. Elle est en outre propriétaire de VDL Nedcar à Born, la seule usine automobile aux Pays-Bas à réaliser des assemblages en série de voitures pour le compte de tiers.
VDL Groep innove en combinant savoir-faire, esprit d’entreprise et machines de qualité. Le groupe d’entreprises allie la force et l’efficacité d’une multinationale à l'organisation horizontale et à l’ambiance de travail informelle et décontractée d’une entreprise familiale qui donne la priorité aux opportunités de carrière et à la continuité. La troisième génération de la famille Van der Leegte est à la tête du groupe depuis 2016. Avec près de 15 000 collaborateurs, le groupe est présent dans 20 pays. VDL Groep compte 104 filiales qui travaillent en étroite coopération les unes avec les autres, chacune ayant sa propre spécialité. Le chiffre d’affaires annuel cumulé en 2019 s’élève à 5 780 milliards d’euros.
Plus d’informations sur www.vdlgroep.com

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

VDL Groep
Service Communication
Téléphone +31 (0)40 292 50 00

Miel Timmers, porte-parole
Mobile +31 (0)6 14 76 70 66

 

Back