Recréer le big-bang

Recréer le big-bang

15 mars 2017

VDL ETG aide le CERN (Conseil Européen pour la Recherche Nucléaire) dans la recherche de l’origine de l'univers. Cela se fait par la fourniture de pièces d’ultra-précision pour l’accélérateur et de sous-modules qui constituent la base du cœur de l’accélérateur de particules en Suisse. Un projet enthousiasmant et plein de défis.

CERN
Le CERN est établi à proximité de Genève en Suisse. Il a été créé dans les années 1950 et est l’un des centres de recherche scientifique les plus grands et les plus respectés dans le monde. Les scientifiques s’y concentrent sur la physique fondamentale pour découvrir comment l’univers est constitué et comment il fonctionne. Le CERN dispose de l’un des outils scientifiques les plus importants et les plus complexes pour l’étude des particules fondamentales de la matière. C’est ainsi que l’on tente de dévoiler les secrets de la nature.

Accélérateur de particules
Cela a entre autres nécessité la construction à environ 100 mètres sous terre d’un accélérateur de particules qui a la forme d’un anneau d’une circonférence de 27 km. C’est la plus grande machine jamais construite. Dans cet anneau, des nuages de protons tournent dans le sens horaire et anti-horaire à la vitesse de la lumière. À 4 endroits fixes, le CERN peut faire entrer en collision ces deux nuages. Quand les noyaux atomiques entrent en collision à la vitesse de lumière, une multitude de particules spéciales apparaissent. La matière (dont tout sur terre est constitué) se trouve alors probablement dans un état qui a existé uniquement tout juste après le big-bang. L'une des particules recherchées est le boson de Higgs (également appelée la particule de Dieu). Cette particule, pour le moment jamais observée par une personne, est supposée pouvoir confirmer la théorie de la création de l’univers (à quoi les particules élémentaires doivent-elles leur masse°?). Après sa construction et une période d’essai de plus de 30 ans, cet accélérateur de particules a été mis en service. Après six mois d’arrêt suite à un dysfonctionnement du système de refroidissement, l’accélérateur est à nouveau en fonction depuis la fin de l’année dernière.

atlas_cern_big.jpg

Back